Les services écosystémiques dans le programme de recherche sur l’eau

Entretiens avec les chercheurs des services écosystémiques dans le XV congrès mondial de l’eau (Edinburgh, mai 2015)

Le XV congrès mondial de l’eau s’est tenu en mai 2015 à Édimbourg. De nombreux scientifiques ont présenté leurs travaux de recherche sur la gestion de l’eau et les services écosystémiques.

Le livre «Services écosystémiques de l’eau: une perspective globale», publié dans la série international d’hydrologie à l’Université de Cambridge, a été présenté par certains de ces auteurs.

CambridgeUniPress

«Ce livre a pour but de développer une meilleure compréhension de l’eau comme un service fourni par les écosystèmes, par l’approfondissement de la compréhension et le potentiel des approches fondées sur les services écosystémiques. Cette compréhension est nécessaire non seulement pour identifier et quantifier les liens fondamentales qui régulent les interrelations de l’hydrologie et les biotes, mais aussi d’élucider comment le contrôle de ces relations contribue à la durabilité de l’environnement, les moyens de subsistance de l’homme et le bien-être.»

Cette conférence nous a donnée l’occasion d’en parler à certains des auteurs, chercheurs qui viennent d’un large éventail de disciplines (de la modélisation hydrologique à l’économie de l’environnement, par le droit international et les sciences écologiques), sur leurs idées sur l’approche par les services écosystémiques par rapport à l’eau.

Par la suite, les opinions des co-auteurs de l’ouvrage sur l’utilisation de l’approche par les services écosystémiques dans le programme de recherche sur l’eau :

KB: Kirsty L Blackstock, Social, Economic and Geographical Sciences Group, The James Hutton Institute, Craigiebuckler, Aberdeen, AB15 8QH, Ecosse, Royaume-Uni.
SC: Samantha J Capon, Australian Rivers Institute, Griffith University, Nathan, Queensland, Australie.
KG: Klaus Glenk, Land Economy, Environment and Society Group, Scotland’s Rural College (SRUC), King’s Buildings, West Mains Road, Edinburgh, EH9 3JG, Ecosse, Royaume-Uni.
JH: Joël Houdet, Senior Research Fellow, Responsible Natural Resources Economics Programme Leader, African Center for Technical Studies (ACTS), Head of Applied Research, Synergiz, Johannesburg, Afrique du Sud.
JM: Julia Martin-Ortega, Associate Professor on Ecological Economics, School of Earth and Environment, Faculty of Environment, University of Leeds, Leeds, West Yorkshire LS2, Royaume-Uni.

ST: Stephen J Turner, Lincoln Law School, Lincoln University, Brayford Wharf, Lincoln, LN5 7AT, Royaume-Uni.

Ces interviews ont été réalisées en anglais par Dídac Jordà et traduites au français par Carmen Cantuarias et James Linton.

1. Combien de temps que vous utiliser le concept de services écosystémiques? De quelle manière l’utilisez-vous ? Quels outils utilisez-vous avant ?

KB :        «J’ai travaillé sur une revision des applications de l’approche par écosystèmes, lequel souvent est combiné avec les évaluations par services écosystémiques. Je fais l’évaluation des projets en Ecosse et au Royaume-Uni, mais aussi de la cartographie participative des services écosystémiques dans un projet pilote régional pour soutenir la Stratégie d’Aménagement du Territoire Écossais. Avant cela, j’ai travaillé dans la mise en œuvre de la planification de la gestion des bassins versants de la DMA, Agence de l’eau au Royaume-Uni. Mais à ce moment les services écosystémiques ne figuraient pas sur l’agenda. Et c’est vraiment dans les dernières quatre ans que nous avons commencé à penser de cette façon»

SC :         «Je ne peux même pas me rappeler une époque où on ne l’ai pas utilisé, mais je suppose que la première réunion où le terme a été discuté sérieusement autours de l’adaptation au changement climatique était vers 2010. Je l’utilise principalement comme une approche intégrateur et participative. Ceci est en train d’amener les gens de différents secteurs et disciplines à parler les uns aux autres en utilisant un langage commun. Et voilà pourquoi je pense qu’il est bon. Avant, je suppose qu’il n’y avait pas de cadre et on venait de différentes disciplines et souvent on finnissait en divergences»

KG :        «Treize ans. J’ai commencé à utiliser l’approche par les services écosystémiques au cours de mes études doctorales. Je suis un économist de l’environnement spécialisé dans l’evaluation économique. Le paradigme des services écosystémiques a toujours été très intéressant pour fournir un cadre dans le contexte de l’évaluation des changements dans les écosystèmes»

JH :        «J’ai fait mes études en sciences de l’environnement et en comptabilité financière. Je eu la chance d’être embauché par une entreprise (gestion des déchets et services d’eau – Veolia Environnement) pour faire mon doctorat en comptabilité pour la biodiversité et les écosystèmes à partir d’un point de vue managerial. Depuis 2008, j’ai toujours travaillé sur les services écosystémiques dans un contexte d’affaires. Mes travaux précendents ont été axés sur la sensibilisation à travers la participation des entreprises et des groupes de travail dans un think thank (OREE) établi à Paris»

JM :        «Dans mon travail probablement depuis 2009. Avant je faisais de l’évaluation économique de l’environement, de biens et services environnementaux, mais je n’utilisais pas le terme « services écosystémiques ». Maintenant, je travaille avec lui, en essayant de voir comment on peut l’intégrer dans la compréhension biophysique des écosystèmes avec des outils économiques pour l’évaluation de la valeur des services écosystémiques. Mais je fais aussi de la recherche sur le plan conceptuel, en essayant de comprendre cet approche fondée sur les services écosystémiques et s’il représente un changement de paradigme qui ajoute de la valeur à la recherche et à la pratique politique»

ST :         «Je connaissais la notion des valeurs ecosistémiques. Avocats, juristes de l’environnement sont au courant de cette approche. Donc, je sais que le concept a été utilisé dans les études d’impact environnemental et les évaluations du capital naturel, par exemple. Mais je n’avais pas étudié le concept en détail jusqu’à qu’il me soit demandé d’écrire ce chapitre du livre récent [19. L’interface entre les services écosystémiques et les droits humains]»

2. Comment le concept contribue dans votre discipline?

KB :        «Il m’a fait penser différemment à propos de certaines des frustrations que j’ai eu sur la planification des bassins versants; et il m’a donné un cadre et un langage pour exprimer ces idées sur la participation, les systèmes, et de les amener dans les questions plus larges de développement durable»

SC :         «Je pense surtout dans ma discipline, où certaines personnes sont très enthousiastes à l’idée de travailler avec des économistes et d’entrer dans le monde des affaires et de la finance, et de cherche les moyens de prendre au sérieux les impacts au lieu de rester à l’écart en prenant de point de vues ecologistes comme des «contes de fées». Ce n’est pas mon point de vue personnel, cependant je pense qu’il est certainement un changement dans des nombreux emplois dans l’écologie en fournant des informations sur un monde économique et de prise de décisiones»

KG :        «Il fournie un cadre qu’il a peut-être déjà été utilisé, mais il contribue également avec de nouvelles options, telles que les paiements pour services environnementaux pour encourager le changement d’utilisation des terres, etc. Ce qui [en évaluation] était juste bonne, a été évaluée; et je pense que les services écosystémiques ont apporté un peu plus de clarté à cet égard. Au même temps, différentes définitions, etc., ils ont également apporté une certaine confusion et parfois peut-être ont réprimé perspectives et paradigmes alternatifs»

JH :         «Le concept de services écosystémiques a été très utile pour aider le monde des affaires pour changer leur regard sur les écosystèmes, en partant d’une demarche exclusivement sur l’atténuation des impacts vers une gestion complémentaire de dépendances du capital naturel. Pourtant, les ‘services écosystémiques’ a été difficile à intégrer dans la prise de décision et les applications de marché, en particulier dans la comptabilité, les rapports financiers et la durabilité. Ceci est parce qu’elle implique de changer les normes et les lignes directrices de l’industrie, un processus fondé sur le consensus et donc lent»

JM:         «Je pense qu’il m’a permit d’avoir une meilleure interaction avec des chercheurs en sciences naturelles, et m’a aussi donné des occasions de faire mon travail plus compréhensible pour les professionnels et les politiciens à l’extérieur du milieu universitaire»

ST :         «Le terme nous donne connaissance à deux égards. L’une est la connaissance du fonctionnement des écosystèmes et les services spécifiques qu’ils fournissent aux humains. Mais l’autre aspect est le côté économique du concept. Cela informe notre compréhension de certaines des implications de différents types d’approches pour la protection de l’environnement, les mécanismes de régulation et de marché, y compris les taxes, les paiements pour les services, etc. Intègre ces idées dans le dialogue politique en cours concernant les mécanismes de protection de l’environnement»

3. Y a-t-il un inconvénient à l’expansion de l’approche par les services écosystémiques?

KB :        «Je pense qu’il est souvent très controversée car les gens peuvent penser que vous vous référez à mettre une valeur à l’environnement en euros ou en dollars. Ce n’est pas mon interpresetation, mais cela peut le signifier pour quelq’un d’autre. Il peut également être dominée par la phrase «nous allons faire seulement la carte et, si nous avons la carte, nous avons la réponse»

SC :         «Certainement, je pense, comme la session [du Congrès] a montré, que les différences dans les divers modes du conception utilisés représentent une sorte de amincissement et d’affaiblissement du noyau de l’idée. Dans mon esprit, la plupart des aspects positifs du concept (par exemple, il essaie d’être équitable et distributive) ont été éclipsés par des approches limités, conduités par le haut et à partir des données pour définir et mettre en œuvre le concept. Au lieu de cela, je pense que le véritable avantage du concept est sa capacité à rassembler les gens. Les changements qui se produisent sont semblables à ceux qui avaient déjà eu lieu pour des concepts tels que la durabilité et la résilience»

KG :        «Je pense qu’il y a le risque que le concept devient trop populaire et défini avec trop de limitations, une approche par les services écosystémiques peut déplacer les idées, les concepts alternatifs, de vues ou cadres alternatives qui peut-être nous n’avons pas encore exploré. Les chercheurs qui pensent différemment peuvent être déplacés et cela peut n’est pas être le meilleur pour la science. Donc, je pense qu’il y a la nécessité de maintenir une large base de discussion et la discussion doit rester ouverte»

JH:          «Le plus grand risque que je vois est l’accent mis sur un seule service écosystémique au détriment des autres, pour des raisons politiques ou économiques. Cela peut être particulièrement le cas des services qui peuvent générer des profits rapidement, comme celles liées au marché des crédits de carbone. Il est important de reconnaître le vaste continuum de valeurs liés aux services écosystémiques et de trouver des mécanismes pour promouvoir les multiples chemins de co-viabilité pour les activités humaines et la biodiversité»

JM :        «Oui. Je pense que la popularisation du concept comme un outil de communication a été très bonne, mais je pense aussi qu’il y a un risque de trop utiliser le terme, il y a le risque de le vider de sens, et de revenir en arrière dans le processus. A l’origine, c’était un terme pour clarifier les concepts et les idées, mais il pourrait en effet créer plus de confusion»

ST :         «Bien, peut-être les aspects négatifs sont de double face. D’une part, c’est le fait que l’accent sur la protection de l’environnement par le biais des services écosystémiques est anthropocentrique. Il est fortement dirigé à partir d’un point de vue humain. Ensuite, il pourrait être critiqué pour ne pas embrasser une approche plus holistique. D’autre part, il existe un potentiel pour l’approche par les services écosystémiques pour diriger la mercantilisation de l’environnement, ce qui peut potentiellement conduire à l’accaparement des terres, la commercialisation des services environnementaux, generer de l’exclusion de certains groupes, et d’autres types de problèmes connexes»

4. Les évaluations des services écosystémiques ont été utilisées pour de nombreuses fins. Par exemple, l’évaluation économique, la conservation des écosystèmes, la gestion et la gouvernance de l’eau, etc. Voyez-vous une nouvelle application pour ces approches?

 KB :        «Oui. Cela dépend de comment vous comprenez la signification du concept. Mais je tiens à le voir en connexion avec la Convention sur la diversité biologique. Cela a trois buts : le premier, à mon avis souvent négligé, est la distribution des bénéfices aux personnes qui fournissent ou utilisent ces services écosystémiques. Je pense que l’ordre du jour pour les droits humains et la justice sociale sont des bons moyens pour traiter le concept de services écosystémiques»

SC :         «Il est très intéressant d’entendre parler des applications d’entreprise, mais je pense que ça va aider à diluer le concept, ce qui je pense doit être mis en œuvre sur une plus grande échelle pour réussir. Il se peut que nous avons déjà atteint ce que l’utilisation maximale de la notion (au moins intellectuellement), mais quelque chose de nouveau émergera et sera bientôt plus utile»

KG :        «Bien sûr, il peut y avoir de nouvelles applications. Fondamentalement, je tiens à voir s’il y aura une grande importance pour revenir à l’éducation autour du concept – ce qui signifie aussi à utiliser des idées de base derrière le concept pour les ramener à l’éducation, du depart, sur la nature et la science. Et je pense que cela pourrait être très utile, car il pourrait aider aux enfants à comprendre la relation entre leurs actions et les conséquences de leurs actions sur l’environnement»

JH :         «La diversité des applications est incroyable. En affaires, nous avons tendance à separer les processus internes de décision (y compris la gestion de la chantiers, la chaîne de valeur et l’analyse de provissions, la production de l’éco-conception, etc.) aux applications externes (y compris les évaluations d’impact environnemental et social, le reporting financier et la durabilité intégrée, etc.). Les défis actuels se rapportent à trouver des façons rentables et consensuels d’intégrer les résultats des évaluations du capital naturel dans les outils existants : les processus, les normes, qui sont l’ADN de toute entreprise»

JM :        «Oui, je pense à la gestion de l’eau et à la façon institutionnelle de faire de la gestion de l’eau, comme dans le cadre de la DCE, ou dans le cadre des organisations ou organismes de conservation de l’environnement à l’échele du bassin. Je ne pense pas cela soit utilisé pour la conservation depuis de nombreuses années, tant de nouveaux secteurs, qui commencent à s’engager avec le concept où réellement de réorienter leur travail en termes de ce concept, qui peut aider à impliquer d’autres personnes aussi»

ST :         «Il y a une forte relation entre les services écosystémiques et les droits de l’homme qui protègent l’environnement, donc je pense que cela est une question qui est susceptible de développer davantage dans le temps à venir»

Références

Martin-Ortega, J., Ferrier, R., Gordon, I., Kahn, S., 2015. Water ecosystem services: A global perspective. Cambridge University Press, Cambridge.

Chapters:

2 What defines ecosystem services-based approaches? (J Martin-Ortega, D Jorda-Capdevila, K Glenk and KL Holstead)
3 Assessing climate change risks and prioritising adaptation options using a water ecosystem services-based approach (SJ Capon and SE Bunn)
7 Implementation of the European Water Framework Directive: what does taking an ecosystem services-based approach add? (KL Blackstock, J Martin-Ortega and CJ Spray)
15 Ecosystem services-based approaches to water management: what opportunities and challenges for business? (J Houdet, A Johnstone and C Germaneau)
19 The interface between human rights and ecosystem services (SJ Turner)
20 Water ecosystem services: moving forward (J Martin-Ortega, RC Ferrier and IJ Gordon)

 

Une conversation avec le Dr Hervé Piégay

Cette interview a été réalisée en anglais par Kathleen Guillozet et traduite en français par Carmen Cantuarias et James Linton. 

Voici une conversation avec le Dr Hervé Piégay le 12 Novembre 2014 à Corvallis, Oregon, lors de la conférence bisannuelle parrainée par le Meyer Memorial Trust sur l’amélioration du bon état de la rivière Willamette dans l’Oregon. Hervé est un géomorphologue fluvial et directeur de recherche CNRS à Lyon en France. Hervé se rend régulièrement dans l’Oregon et a consolidé des relations sur le long terme avec plusieurs chercheurs locaux. Hervé a publié de nombreux articles sur la géomorphologie fluviale y compris la formation de canaux, le transport des sédiments et des bois. Il est impliqué dans la gestion des rivières, la planification et les efforts de restauration dans le monde entier.

KG: Aujourd’hui, l’identification des cibles de restauration des écosystèmes constituent un véritable défi. Avez-vous observé des différences entre les États Unis et la France en termes d’attentes de restauration des rivières face aux conditions passées?

Hervé: Aujourd’hui les écologues des deux pays, d’après mon expérience, partagent une vision commune. Nous voyons tous que les processus fondamentaux peuvent être modifiés, et cela exige des approches nouvelles. Mais peut-être auparavant nous étions tous influencés par les américains; nous avons pensé que nous serions en mesure de réparer les rivières, dans le sens que nous pourrions remonter dans le temps; il y avait un sentiment de culpabilité au sujet de ce que nous faisions. Maintenant nous comprenons lorsque nous intéressons plus en profondeur à l’étude et la compréhension d’un système, ce n’est pas le 19ème siècle qui était peut-être la cible. En France, la cible pourrait être antérieure à la période néolithique parce que les humains ont influé sur le système de l’Europe pour une longue période de temps. Nous avons des exemples en Europe, où il y avait des éclaboussures d’eau par exemple – la rivière a été redressée, approfondie, et des rochers retirés. La référence historique est parfois idéalisée, mais n’est pas la meilleure référence pour l’avenir. Les communautés ont besoin de conditions saines et ont besoin d’un environnement en bon état. Ensemble, nous pouvons nous demander, « Comment faire mieux? ». Les idées ne feront pas concensus, mais c’est une discussion importante à avoir.

KG: Pouvez-vous nous parler du concept de la continuité écologique des cours d’eau. Voyez-vous des différences entre les approches française et américaine?

Hervé: Pour vous, ici, dans la vallée de Willamette, dans l’Oregon, et plus généralement sur la côte Ouest, la conversation tourne autour du saumon. Par exemple, Emiline Combi, étudiant de master, est en train d’analyser les commentaires du public sur la gestion du fleuve Sacramento, en Californie et sur le Rhône en France et elle se rend compte que les gens discutent de sujets complètement différents. En Californie, le poisson et son habitat submergent les autres sujets –la question de la continuité de l’eau pour les poissons est très important, comment les poissons peuvent passer les obstacles et accèdent à leur habitat– et aux États-Unis cela est une question économique, pas seulement une question environnementale. En France, nous avons ces débats, mais dans un paysage qui est beaucoup plus humanisé. Nous avons le saumon atlantique, il y a donc une très belle opportunité pour voir si nous pouvons enlever les barrages et les déversoirs que nous avons construits il y a plusieurs siècles pour voir si nous pouvons fournir des frayères, mais le saumon est davantage une question patrimoniale qu’économique. Nous ne sommes pas sur le même plan en ce sens, mais les gens peuvent être convaincus par des arguments économiques.

L’autre aspect en France qui est différent est le patrimoine culturel: une partie de l’infrastructure que nous voulons supprimer est aussi une partie de notre patrimoine culturel. Il y a des conflits de valeur et cela signifie qu’il y a nécessité d’un débat, l’équilibre est la clé. Une des façons de trouver l’équilibre est de travailler à l’échelle du bassin. Par exemple, dans l’ouest de la France autour de Limoges et ailleurs, nous pouvons donner la priorité au démantèlement du barrage et discuter des plans avec le public, du fait que certains des déversoirs sont précieux culturellement. La restauration est une question politique qui doit être traitée localement. Les gens ont besoin de s’engager sur des questions comme « que pouvons-nous faire avec notre rivière? ».

En abordant les problèmes il faut comprendre leurs causes. Par exemple, dans le cas de l’érosion des berges, on peut visiter un site avec un élu et il peut dire: « regardez ce que l’érosion des berges a fait au terrain de football ou à mon maïs, nous devons les protéger ». La première question que j’ai à l’esprit est: comment ce système fonctionne et pourquoi est-il érodé? Parfois, il s’érode partout – c’est le système dans lequel l’érosion des berges est un processus normal; peut-être protéger les berges n’est pas une bonne solution; nous allons voir quels autres solutions existent. Parfois, nous savons qu’il y a érosion, nous voyons qu’il y a des problèmes et ensuite nous devons aller plus loin pour voir ce qui se passe. Et nous pouvons peut-être dire à la fin, ok, il est logique dans ce cadre de protéger vos berges, car il n’y a pas une seule solution, elles sont nombreuses et elles sont basées sur un bon diagnostic.

KG: Quels aspects trouvez-vous intéressants dans la notion de services écosystémiques dans la gestion des bassins versants? Y a-t-il des aspects problématiques en ce qui concerne le concept?

Hervé: Une opposition clé à la notion de services écosystémiques est son orientation utilitariste. L’estimation de la valeur intrinsèque des services écosystémiques est un défi, les  valeurs peuvent être très différentes d’une communauté à l’autre, c’est un point critique. Normalement, nous devrions attendre que la valeur accordée à un service augmente avec le temps –et que notre conscience environnementale augmente aussi. La question est désormais de réfléchir aux avantages et à la vision collective; parfois si nous maintenons un environnement naturel, il sera plus précieux que le développement –tant que nous avons encore la possibilité de choisir ce que nous voulons faire. Si cela est possible, il est peut-être préférable de procéder de cette façon, nous réduirons des coûts de l’eau, par exemple, pour maintenir la vie et les ressources et en gérant les inondations. Un des problèmes est que les coûts sont sous-estimés; par exemple, nous pourrions estimer les coûts localement sans penser à la population en aval, soit parce que nous ne comprenions pas cette relation ou parce que, en réalité, c’est assez compliqué de planifier à très grande échelle. Les actions sont aussi en partie opportunistes. Les facteurs critiques sont: quand sommes-nous prêts?, quand avons-nous de l’argent? et quand voit-on le problème?; souvent ils viennent ensemble quand nous avons de grandes inondations, celles-ci poussent aussi les gens à agir. Il est souhaitable de viser à un corridor naturel – pas nécessairement un système vierge ou sauvage– mais un environnement plus naturel. Comme la densité de la population augmente, nous devons faire preuve d’innovation; et nous pouvons améliorer les rivières, même dans un environnement urbain. Nous savons que les gestionnaires des risques d’inondation au-delà de l’environnement urbain sont heureux avec les rivières restaurées. Il est donc plus valorisé et je pense que nous allons dans la bonne direction.

KG: Avez-vous observé des moyens par lesquels l’idée de services écosystémiques ou les marchés façonnent la culture de la mise en œuvre de la restauration?

Hervé: L’idée des services écosystémiques est compliquée, pour différentes raisons. Dans un cas, nous avions un projet dans le Rhône et un collègue de Californie a présenté une proposition pour travailler sur la forêt riveraine et quantifier les avantages économiques des forêts riveraines dans le marché du carbone. Beaucoup d’autres collègues ont dit: « oh, c’est une façon très restrictive de parler d’un écosystème, dépendant du marché »; beaucoup de gens ne sont pas préparés à cela. Peut-être aussi la communauté n’est pas favorable, si elle est composée principalement des écologistes et des universitaires, ces acteurs ne sont pas entièrement liés aux marchés parce que nous sommes des acteurs publics, et souvent les acteurs économiques ne sont pas aussi impliqués. Par exemple, dans des projets visant à abaisser ou reconnecter une plaine inondable, l’enlèvement de gravier est écologiquement intéressant – vous avez une réelle amélioration. En même temps, vous pouvez vendre ce gravier, en fonction du marché et de l’ambition de votre projet. Mais il y a parfois opposition. C’est un problème éthique. Je pense que nous devrions essayer, parce que si nous suivons cette logique, si nous disons « c’est le développement durable », les aspects économiques doivent être pleinement intégrés dans le projet. Il n’y a aucune contradiction dans les termes d’amélioration écologique et d’avantages économiques de la communauté, donc plutôt que d’avoir des conflits, vous pouvez avoir un résultat « gagnant-gagnant » et des avantages multiformes. Plutôt que parler de services écosystémiques, je préfère dire «bien-être humain», qui a un sens plus large. Cela dit, je ne suis certainement pas convaincu que les services écosystémiques peuvent être complètement au centre de la prise de décision parce que la valeur intrinsèque des écosystèmes n’est pas partagée par tout le monde. Elle peut être une valeur ajoutée si la communauté estime qu’elle est très importante, mais elle ne peut pas être le seul facteur; je suis un géographe alors peut-être ce n’est pas surprenant que je dise cela.

KG: Aujourd’hui, de nombreux écologistes de restauration regardent en arrière les efforts pour canaliser les rivières d’il y a plusieurs décennies (et dans le cas de l’Europe il y a peut-être des siècles) avec un certain degré d’horreur. Quelles sont les pratiques de restauration contemporaine que vous prévoiriez que les écologistes de restauration 50 ou 100 ans dans le futur, vont considérer en arrière avec un certain degré de gêne?

Hervé: Oui, nous étions stupides. Nous sommes encore, mais nous ne le savons pas encore (je plaisante). Il y a deux questions ici: qu’avons-nous appris?, et comment nous pouvons transférer ces connaissances aux pays qui connaissent un développement économique majeur en ce moment? Je dis cela parce qu’ils font exactement les mêmes erreurs que nous avons faites, notamment en termes de construction de grands barrages. Comment pouvons-nous transférer ce que nous savons sans être arrogant? C’est une grande question. Ce que nous voyons aussi est que certains de nos sociétés construisent les barrages et ils ne se soucient pas des préoccupations éthiques. Aujourd’hui, de nombreuses entreprises sont en train de faire des choses complètement différentes dans le tiers monde de ce qu’ils peuvent faire dans leur pays de siège, ce qui n’est pas correct. L’économie de marché est un aspect très important en termes de développement humain et social, individuel et collectif, mais elle doit être réglementée. Elle doit être contrôlée par le collectif sinon il n’y a pas de contraintes et nous dépassons les limites avec lesquelles les gens seraient d’accord collectivement. Ce n’est pas facile à faire. En Amazonie, et en Asie, et dans d’autres endroits, vous voyez le nombre de barrages qui sont prévus, c’est un grand marché. Nous répliquons ce que nous avons dans nos propres pays, et nous sommes collectivement responsables.

KG: Comment les universités et autres lieux de formation peuvent faire un meilleur travail pour préparer les étudiants à faire face à ces défis éthiques potentiels?

Hervé: Oui, nous avons besoin de donner de la valeur à l’application, de penser au travail appliqué et de valoriser ce travail avec les étudiants –c’est très important. Lorsque vous êtes dans une discipline qui a une longue tradition de recherche fondamentale, cela est parfois négligé. Je suis aussi heureux de voir un doctorant ayant un emploi dans une université et aussi dans une société de conseil parce que si nous voulons que la science soit ouverte à la société, la science doit aussi être adaptée.

C’est une question d’adaptation en termes de ce qui est précieux –et ce que vous mettez en valeur devant les étudiants– mais c’est aussi une question de la façon dont vous fournissez des connaissances. Par exemple, dans les sciences sociales depuis longtemps les scientifiques sociaux ont essayé d’être en dehors de la société, de l’observer pour l’interroger avec un avis indépendant. Maintenant, nous savons que ce n’est pas le cas. Nous savons que le scientifique est également à l’intérieur de la scène.

Comment pouvons-nous produire des recherches dans ce contexte? Je pense que l’approche interdisciplinaire est vraiment bonne. Cela nous permet de revenir en arrière pour voir où sont nos limites. Les chercheurs en sciences sociales ont une vue différente de celle que les écologues voient. Ils peuvent poser des questions qui aident les écologues; par exemple, que le passé n’est pas nécessairement ce que nous devons essayer d’atteindre. Ce message est relayé par un grand nombre d’écologues parce qu’ils ne comprennent pas le monde dans lequel nous vivons, et l’inverse est également vrai – c’est une nouvelle façon de faire de la recherche.

herve

Dr. Herve Piégay

Dr. Hervé Piégay (g) et Dr. Stan Gregory (d)

Photos de Craig Strobeck